Aide premier enfant : récapitulatif des 7 aides disponibles à l’arrivée de bébé 🗂 (Maj 2022)

Aides financières bébé - Un article à découvrir sur le blog : keepcoolnewmom.com

L’arrivée d’un premier bébé est un moment merveilleux dans une famille. Toutefois, on ne va pas se mentir, elle occasionne beaucoup de frais avant, pendant et après la naissance : vêtements, couches, articles de puériculture, chambre de bébé … Rassure-toi en tant que futurs et nouveaux parents, tu as le droit à une aide pour le premier enfant (même plusieurs 😉) de l’État et de différents organismes.

Encore faut-il être informé pour en profiter !!!

Alors, si tu es comme bibi (ou de nombreux autres futurs parents) et que tu te poses de nombreuses questions telles que :

  • Quelles aides pour un premier enfant ? Puis-je vraiment en bénéficier ? Sont-elles cumulables ?
  • Quand faut-il s’en occuper ?
  • A qui s’adresser ?
  • Quand vais-je les percevoir ?

Je t’invite à lire cet article pour connaître toutes les aides financières ou psychologiques disponibles dès le début de ta grossesse jusqu’à l’arrivée de bébé. Ainsi, tu vas pouvoir vivre ta grossesse plus sereinement et éviter la crise de panique en consultant ton compte bancaire 😉.

1 – Aide premier enfant : pendant la grossesse

Au moment où j’écris cet article, je débute mon dernier mois de grossesse et je t’avoue que ça devient de plus en plus compliqué d’avoir une vie normale. Toutes les femmes enceintes me comprendront 😅.

Je te passe en revue tous les symptômes et problèmes du quotidien :

  • Épuisement et fatigue générale.
  • Envie de faire pipi toutes les 30 minutes, car bébé prend de la place et appuie sur la vessie.
  • Difficulté pour marcher ou monter les escaliers …
  • Constipation, hémorroïdes, nausées…. (top glamour bonjour !)

Bref je te passe les détails. Je voulais juste expliquer pourquoi c’est compliqué de combiner travail et grossesse. Heureusement, après validation de ton médecin ou de ta gynéco, tu peux bénéficier de différents congés pour te permettre de mener à bien ta grossesse (et te reposer tranquillou sur ton canapé en recevant quelques coups de pied de ton bébé au passage 😂).

1 - Congé parental : congé maternité

Lors de l’arrivée de ton bébé, tu peux bénéficier du congé maternité qui se décompose en 2 périodes : le congé prénatal (avant l’accouchement) et postnatal (après l’accouchement).

1 – Durée du congé maternité

La durée du congé maternité est fixée par la loi. Cependant, elle peut s’adapter en fonction de la situation familiale, au déroulement de la grossesse (à risque ou pas) et aux conditions de naissance de l’enfant.

Pour que ce soit tout de suite plus clair, voici une image récapitulative de la durée du congé maternité de base :

source : ameli

A SAVOIR : si ta grossesse est plus compliquée que prévue (avec mise en danger de la santé de ton enfant : diabète, d’hypertension artérielle, risque d’accouchement prématuré ou de fausse couche …), ton médecin (ou gynécologue) peut te prescrire un congé pathologique (obligatoire pour profiter d’un congé supplémentaire).

Il présente les particularités suivantes :

  • Pour les femmes salariées : ce congé ne peut excéder 14 jours (consécutifs ou non) et doit être pris avant le début du congé maternité. Pendant ce congé, les sorties sont autorisées.

Les règles de calcul du congé maternité sont identiques aussi bien en tant que salariée que chômeuse. Sa durée est calculée à partir de la date présumée d’accouchement. Les règles d’indemnisation du congé maternité en cas de chômage sont par contre différentes.

  • Pour les travailleuses indépendantes : un congé supplémentaire de 30 jours maximum au cours de la période prénatale ou d’une ou deux périodes de 15 jours sur cette même période est admis. Il est également possible de bénéficier d’une période de 15 jours en prénatal et d’une période de 15 jours en postnatal. Plus d’infos ici.

2 – Indemnités journalières durant ton congé

Toute femme enceinte peut bénéficier d’indemnités journalières versées par l’assurance maladie pendant sa grossesse.

Pour les salariées/Chômeuses

source : ameli

Pour en bénéficier, tu dois :

  • Justifier de 10 mois d’affiliation, en tant qu’assurée sociale exerçant une activité professionnelle, à la date prévue de l’accouchement.
  • L’employeur doit faire parvenir une attestation de salaire à l’assurance maladie dès le début de ton congé prénatal afin de calculer le montant de tes indemnités journalières. A toi de bien vérifier que ton employeur effectue cette démarche !

L’indemnité journalière est calculée sur les salaires des 3 mois qui précèdent ton congé maternité ou des 12 mois précédents en cas d’activité saisonnière ou non continue.

Au 1er janvier 2022, le montant maximum de l’indemnité journalière maternité est de 89,03 € par jour avant déduction des 21 % de charges (CSG et CRDS).

Un simulateur est disponible ici afin d’estimer le montant exact auquel tu peux prétendre.

Pour les travailleuses indépendantes

En tant que travailleuses indépendantes, tu peux bénéficier de deux types de prestations : une allocation forfaitaire de repos maternel et des indemnités journalières forfaitaires d’interruption d’activité.

Pour cela, tu dois justifier de 10 mois d’affiliation à la date prévue de votre accouchement, sous réserve de cesser toute activité professionnelle pendant la période de perception et au moins pendant 8 semaines dont 6 après l’accouchement.

L’allocation forfaitaire de repos maternel

    • Versement : elle est versée pour moitié au début du congé et pour moitié à la fin de la période obligatoire de cessation d’activité de 8 semaines. La totalité du montant de l’allocation est versée après l’accouchement lorsque celui-ci a lieu avant la fin du 7e mois de la grossesse.
    • Montant : son montant est égal à la valeur mensuelle du plafond de la sécurité sociale en vigueur à la date du premier versement, soit 3 428,00 euros au 1er janvier 2022.

Les indemnités journalières forfaitaires

    • Durée : elles sont versées pour chaque jour de cessation d’activité professionnelle, à condition de cesser l’activité pendant un minimum de 8 semaines dont 6 après l’accouchement, dans la limite des durées légales de congé.
    • Montant : leur montant est calculé en fonction de tes revenus cotisés transmis par ton Urssaf. Il ne peut être supérieur à 1/730 de la valeur annuelle du plafond de la sécurité sociale en vigueur à la date prévue du premier versement, soit 56,35 euros au 1er janvier 2022.

Tu as dû recevoir un carnet de maternité lors de la déclaration de grossesse avec des fiches à compléter par ton médecin ou gynécologue vers le 7ème mois. Si ce n’est pas le cas, télécharge le carnet de maternité disponible sur le site de la sécurité sociale. Toutes les informations sont renseignées pour t’aider !

2 - Congé parental : congé paternité

Il ne faut pas oublier le futur papa 😊.

Le congé de paternité et d’accueil de l’enfant est maintenant d’une durée maximale de :

  • 25 jours (samedi, dimanche et jour férié compris) pour la naissance d’un enfant.
  • 32 jours pour une naissance multiple.

Il doit débuter immédiatement après le congé de naissance de 3 jours payé normalement par l’employeur, comme s’il avait été travaillé et comme prévu par le code du travail (article L.3142-1).

3 - L' aide premier enfant de la CPAM

En France, toute femme qui a une couverture sociale a une prise en charge à 100% pour toutes les dépenses liées à la grossesse : consultations mensuelles, examens médicaux, 3ème échographie, accouchement, frais d’hospitalisation éventuels liés à la grossesse…

Par contre, les 2 premières échographies réalisées avant la fin du 5ème mois de grossesse ne sont prises en charge qu’à hauteur de 70%.

L’article 71.3 du Code de la Sécurité sociale prévoit le versement d’une aide complémentaire lors d’une grossesse difficile en termes de santé. Elle permet par exemple de prendre en charge les frais d’une aide à domicile.  Toutes les informations sont disponibles sur le site ameli.fr.

En plus d’aides financières pour bébé pendant la grossesse, tu peux bénéficier d’un cumul d’aides à la naissance de ton enfant.

2 - Aide premier enfant : à la naissance de ton enfant

Après la naissance de ton (tes) enfants (en cas de jumeaux ou triplés), tu peux bénéficier d’aides financières de différents organismes comme par exemple la CAF, la sécurité sociale, la mutuelle …. Autant en profiter 😋.

Dans tous les cas, pense à effectuer auprès de chaque organisme les démarches pour déclarer la naissance afin de bénéficier de l’ensemble de tes droits, ça serait trop bête de passer à côté.

Il faut savoir que la plupart des aides que tu peux percevoir proviennent de la CAF.

1 - Le coup de pouce de la CAF pour un premier bébé

La caisse d’allocations familiales est l’organisme d’aides financières par excellence ! A la naissance de chaque enfant et sous conditions de ressources, la CAF offre une prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE). Celle-ci est destinée à aider financièrement les parents à affronter les dépenses d’un premier enfant.

Elle est composée de 4 aides de montant et de durée variables :

  • La prime de naissance (ou d’adoption).
  • L’allocation de base.
  • La prestation partagée d’éducation de l’enfant ou le complément de libre choix d’activité.
  • Le complément de libre choix du mode de garde.

1 - La prime de naissance (PN)

La prime de naissance n’est pas universelle : tous les futurs parents n’y ont pas droit. En effet, ceux dont les revenus dépassent un certain seuil ne peuvent pas en bénéficier.

En résumé, voici les informations à retenir pour bénéficier d’aides financières pour un premier bébé :

  • Ta grossesse doit avoir été déclarée dans les 14 premières semaines (avant le 3ème mois de grossesse) avec un document intitulé « Premier examen prénatal » fourni par ta gynéco ou par ton centre de PMA. Ce document est transmis à ta CAF et à ta caisse primaire d’assurance maladie (CPAM).
  • Tu remplis les conditions générales pour bénéficier des prestations familiales.
Aide premier enfant : prime de naissance
  • Ta situation et tes ressources sont examinées au 6ème mois de grossesse. En cas de fausse couche ou d’IMG, si la grossesse a duré au moins 180 jours, les parents ont le droit de percevoir la prime à la naissance. Une attestation de naissance devra être envoyée à la CAF avec la mention “enfant présenté sans vie”.
  • Montant de la prime (du 1er avril 2021 au 31 mars 2022) : 948,27 € par enfant (X2 pour des jumeaux) versée en une seule fois, deux mois après la naissance.

Tu auras besoin  :

  • Des déclarations de tes revenus ou avis d’imposition des 2 dernières années.
  • Un relevé d’identité bancaire.
  • Si ta CAF te versait (ou à tes parents) des prestations familiales, il faudra aussi ton numéro de dossier.
  • Et enfin l’attestation de ton premier examen médical prénatal (facultatif).

A SAVOIR : Edit : Lorsque que j’ai effectué une demande de prise en charge pour la prime de naissance sur le site de la CAF (après la naissance de bébé sumo), j’ai eu un message d’erreur m’indiquant de « vérifier la date de début de grossesse » alors que la date renseignée était correcte … j’étais donc bloquée.

J’ai alors contacté, par mail, un conseiller, voici son retour au bout de 48 heures :

« Bonjour, suite à votre demande, nous vous informons que vous avez déjà déclaré votre grossesse, la prime de naissance se calcule automatiquement après la déclaration de naissance.
Nous vous confirmons que vous avez bien droit à la prime à la naissance.
Nous restons à votre disposition pour toutes informations complémentaires et vous informons que les délais de traitement sont de 30 jours ouvrés.
Cordialement, »

… voilà au cas où, tu te retrouves dans la même situation que moi 😉.

2 – La prime d’adoption (PA)

Comme pour la prime de naissance, elle permet de faire face aux premières dépenses liées à l’arrivée de l’enfant adopté.

Tu trouveras toutes les informations sur le site de la caf : prime adoption.

3 - Aide premier enfant : l’allocation de base de la paje (AB)

Cette allocation aide à assurer les dépenses liées à l’entretien et à l’éducation de l’enfant pendant ses 3 premières années (ou moins de 20 ans pour un enfant adopté).

Les infos à savoir :

  • Il faut remplir les conditions d’ouverture de droit aux prestations familiales.
  • L’allocataire doit avoir un enfant de moins de 3 ans. 
  • Les ressources ne doivent pas dépasser un certain plafond.
  • Elle est versée chaque mois, dès le mois suivant la naissance de votre enfant jusqu’au mois précédent ses 3 ans.
  • Elle n’est attribuée qu’à un seul enfant à la fois par famille.
  • La Caf verse autant d’allocations de base que d’enfants nés du même accouchement ou adoptés.
  • Tu peux faire la demande dès la naissance de l’enfant.

4 - La prestation partagée d'éducation de l'enfant (PreParE) ou le complément de libre choix d'activité (Clca)

La prestation partagée d’éducation de l’enfant est là, pour aider l’un des parents ou les deux parents à réduire ou à cesser son/leur activité professionnelle afin de s’occuper de son/leur enfant.

  • Elle concerne uniquement les parents d’enfants de moins de trois ans.
  • Tu peux déterminer le montant auquel tu peux prétendre en effectuant une simulation ici.

5 - Le complément de libre choix du mode de garde (aide financière pour garde bébé)

Cette aide est destinée à compenser le coût occasionné par l’emploi d’une assistante maternelle agréé, d’une garde à domicile ou par le recours à une micro-crèche pour garder son enfant.

  • Accordée par la CAF ou Pôle emploi dans le cas d’une recherche d’activité professionnelle ou de formation.
  • Elle dépend de tes revenus, de ta situation familiale et du mode de garde choisi.
  • Elle est accordée si ton enfant est âgé de moins de 6 ans et qu’il est gardé à la maison, par une assistante maternelle agréée, par une association habilitée ou par une micro-crèche.

Tu trouveras toutes les informations sur cette aide sur le site de la CAF.

2 - L'aide premier enfant de la mutuelle

Il faut savoir que certaines mutuelles offrent une prime de naissance ou de maternité pouvant aller de 50 euros à plus de 1000 euros. La moyenne est plutôt aux alentours de 200 euros. Tout va dépendre de la formule de ton contrat.

Le plus simple est d’aller directement sur le site de ta mutuelle et de vérifier ton contrat. Si rien n’est stipulé, tu peux quand même envoyer un mail à ta mutuelle pour confirmer ou non la présence d’une prime de naissance et demander les conditions d’accès. L’octroi de cette prime peut se faire avant ou juste après la naissance de ton bébé, selon certaines mutuelles.

A SAVOIR : attention, certaines mutuelles offrent une prime de naissance élevée, mais les cotisations le sont également !

De plus, en cas de changement de mutuelle, il y a très souvent un délai de carence de 3 à 6 mois pendant lesquels aucun remboursement et aucune prime ne sont versés. Il est donc préférable de choisir sa mutuelle AVANT le début de sa grossesse, pour pouvoir profiter de tous ses avantages dès le début.

Comment en bénéficier :

  • Soit, tu fais la demande directement sur le site internet de ta mutuelle.
  • Soit, tu envoies un courrier avec la copie du livret de famille à jour ou de l’acte de naissance.

Voici un exemple de lettre à envoyer à la mutuelle ici.

3 - Les avantages fiscaux : les impôts

Un bébé en plus dans la famille signifie ½ part de plus au niveau du quotient familial au regard des Impôts donc une diminution du montant de l’impôt sur le revenu 😉.

Pour information, un adulte = 1 part, un enfant = ½ part, et ce jusqu’à deux enfants. Une part complète est ensuite accordée au 3ème enfant.

Pour déclarer la naissance (ou l’adoption) de ton enfant, rien de plus simple. Va directement sur le site des Impôts :  impots.gouv.fr et clique sur la rubrique  » Gérer mon prélèvement à la source » puis sur le menu  » Signaler un changement ».

Tu peux effectuer cette action dès la naissance de ton enfant.

Enfin, sache qu’il existe encore d’autres aides pour les personnes les plus démunies. Nous allons donc faire le point ensemble.

3 – Aide premier bébé : pour les plus démunis

Il existe deux autres types d’aides pour les personnes en difficulté (parent isolé, sans travail …) :

1 - Aide 1er enfant : le revenu de solidarité active (RSA)

Toute femme enceinte peut en bénéficier en cas de ressources faibles ou sans revenu et cela à tout âge (mineure ou majeure).

Pour en bénéficier, il faut séjourner en France, être français ou ressortissant de l’espace économique européen avec un titre de séjour, ou vivre en France depuis plus de cinq ans. La demande se fait auprès de la CAF. La déclaration de grossesse doit être envoyée pour en bénéficier.

2 - L' aide sociale à l'enfance (ASE)

Une allocation mensuelle peut aussi être attribuée dès le début de la grossesse pour les personnes les plus démunies. Le montant varie selon la situation et selon le département. La demande est à faire au conseil général de votre département :  liste des conseils généraux.

Tu viens d’avoir un bébé et tu te retrouves complètement dépassée par les évènements. Rassure-toi tu n’es pas la seule 🤪. Heureusement, il existe plein d’associations et de sites internet prêts à t’aider.

4 - Aides psychologiques : associations pour aider les parents en difficultés

En tant que nouveaux parents, il est parfois difficile d’assurer surtout pour un premier enfant, donc si tu rencontres des difficultés importantes (financières ou psychologiques), de nombreuses associations peuvent te soutenir et t’ apporter des conseils.

Voici les plus connus :

1 - SOS bébé

Association qui met à disposition des informations complètes (sur leur site internet) pour toutes les personnes confrontées à des questions ou à des situations difficiles (grossesse imprévue, IVG, IMG, fausse couche, deuil périnatal, risque de handicap, infertilité, stérilité, mal-être post IVG).

Une ligne téléphonique est aussi présente. Elle est animée par une équipe d’écoutants spécialement formés aux problématiques liées à la grossesse, à la maternité et à la paternité. Ces conseillers répondent en toute confidentialité et s’appuient sur une équipe d’experts (médecins, psychologues, sages-femmes, assistantes sociales, juristes).

Plusieurs modalités d’écoute sont proposées : téléphone, mail, éventuellement rendez-vous.

2 - Restos du cœur bébé

Tout le monde connait l’association des Restos du cœur créée par Coluche. En revanche, on connaît moins les « Restos du cœur bébé ». L’association offre une aide matérielle (produits offerts comme des couches, des peluches, des jeux…) et une écoute pour les jeunes parents dans le besoin.

Pour trouver une association près de chez toi, rendez-vous ici.

3 - Allo Parents Bébé

Tu ne sais plus quoi faire avec ton bébé ? Il ne fait que pleurer ? Tu es en pleine crise de nerf et tu ne sais plus quoi faire ?

Tu trouveras de l’aide pour ton premier enfant sur le site : enfance-et-partage.org

L’association propose un numéro gratuit et anonyme pour t’aider dans ton quotidien avec bébé. Au bout du fil, des professionnels de la petite enfance répondent à toutes tes questions et si besoin, t’orientent vers des structures adaptées de type PMI, maternités, associations, etc.

4 - Maman blues

Maman blues est une association de soutien, d’échanges et d’informations autour de la difficulté maternelle.

Pour trouver toutes les informations, c’est par ici : maman-blues.fr

Alors ça t’a plu ?

J’ai passé en revue toutes les aides financières pour un premier bébé. J’espère que mon article va t’aider dans ton quotidien. Tu vas ainsi pouvoir profiter au maximum de babychou sans être trop préoccupée par les démarches et les dépenses liées à la naissance.

Même si je me suis énormément documentée sur le sujet, j’ai peut-être omis de citer une aide financière premier enfant ou d’accompagnement disponible. Si c’est le cas, n’hésite pas à l’écrire en commentaire.

Et comme toujours, si tu as aimé l’article, partage-le sur tes réseaux sociaux préférés 🤗.

A très bientôt ^^

As-tu aimé cet article ?

Note : 4.9/5 - 8 vote(s)

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Laisser un commentaire

Cet article a 2 commentaires

  1. Virginie

    Bonjour,
    Bon à savoir, la naissance d’un enfant n’implique par forcément une 1/2 part en plus dans votre déclaration d’impôt, la réduction d’impôt étant limitée à un montant (un peu plus de 1500€ par an en 2022) ce qui ne correspond pas forcément à une demi part
    😀

    1. Céline

      Bonjour Virginie,
      Merci beaucoup pour la précision d’infos 🙏😉 !